Bassin de l’Oudon

 Dans le cadre du programme de travaux du Contrat Territorial Milieux Aquatiques, le syndicat de bassin pour l’aménagement de la rivière l’Oudon a déposé une demande en vue d’obtenir la déclaration d’intérêt général au titre de l’article L. 211-7 du code de l’environnement, ainsi que la déclaration et l’autorisation des installations, ouvrages, travaux ou activités en application des articles L. 214-1 à L. 214-6 du même code sur le territoire des 40 communes adhérentes.

Une enquête publique s’est déroulée du 3 novembre au 5 décembre 2014 selon les modalités définies par l’arrêté n° 2014-10-01 du 1er octobre 2014 de M. le Président du syndicat de bassin pour l’aménagement de la rivière l’Oudon. Vous trouverez en pièces-jointes le rapport et les conclusions motivées du Commissaire Enquêteur. Ces documents doivent être tenus à disposition du public pendant un an (soit jusqu’au 5 Décembre 2015).

L’enquête est consultable en ligne sur le site Bien vivre l’Oudon


 

bassin oudonLa commune adhère au Syndicat de Bassin de l’Oudon qui gère l’ensemble de la rivière Oudon.

Le site internet ICI vous donnera l’ensemble des informations sur la faune, la flore, la pêche, les zones humides, les bocages….

Notre commune est traversée par l’Oudon, le Boulan, ruisseau qui traverse le bourg en est un affluent et l’étang de la Guéhardière est également traversé par ce cours d’eau.

etang guéhardière dec 2014 (14) [640x480]En raison de cet étang, considéré comme un barrage naturel par les autorités préfectorales, le DICRIM et le PCS ont été élaborés. Ainsi en cas de rupture de digue ou de crue importante Le Dossier d’Information Communal sur les Risques Majeurs, permet de connaître le comportement à adopter.

De même, Le Plan Communal de Sauvegarde en est son complément avec l’organigramme humain et matériel, « le qui, fait quoi ? » dans les circonstances évoquées par le DICRIM.

Ils sont consultables ICI

En cas de forte pluviométrie le site VIGICRUES donne toutes les 2 heures les hauteur d’eau au niveau du barrage de Cossé-le-Vivien.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont clos.